Le champagne, une qualité de vi(gn)e pour Charlotte et Jérôme Bourgeois !

Mis à jour le 06/04/20

Sur les hauteurs de Crouttes-sur-Marne (Aisne), Charlotte et Jérôme Bourgeois veillent sur leurs sept hectares de vigne certifiés bio. Rencontre avec deux pétillants viticulteurs qui récoltent les fruits de leur passion.

Charlotte & Jérôme Bourgeois

En pressant au maximum, la production de champagne bio atteint péniblement les 3 %. Soit, grosso modo, 1 000 hectares de vigne sur 34 000. Une goutte au fond de la coupe. Pour Charlotte et Jérôme Bourgeois, c’est l’inverse. « La biodynamie c’est toute notre vie. On a le sentiment de redevenir vigneron-agronome, d’être en phase avec nos convictions, avec la nature. Ça a demandé pas mal de sacrifices, de faire une croix sur la nostalgie, de se délester du poids des traditions aussi. »

Issu d’une famille de viticulteurs installée depuis quatre générations à Crouttes-sur-Marne (15 km au sud-ouest de Château-Thierry), Jérôme a d’abord dû convaincre les siens du bien-fondé de sa démarche. Commencée en 2009, la conversion en bio s’est achevée… six ans plus tard. « Ça peut paraître une éternité mais la vigne est un métier de patience » souligne Jérôme.

Rappelant que le vin récolté en 2020 sera bu au minimum en 2023. Aujourd’hui, ses sept « nectars » de vigne donnent quarante-mille bouteilles dont 40 % partent à l’export.

Le champagne : un produit sans équivalent

A 43 ans pour lui, 35 pour elle, nos deux vignerons sont des jeunots dont le regard se met immédiatement à pétiller quand ils parlent champagne. « C’est un métier complet sans temps mort. Un métier très valorisant car on a la chance de récolter le fruit de notre travail, de pouvoir influer sur le produit final. Il y a un côté artistique, technique aussi. Pas d’intrant veut dire plus de surveillance, de présence sur le terrain », expliquent-ils sans se lamenter.

Champagne Bourgeois-Diaz

Même si certains indicateurs clignotent dangereusement. Menaces économiques et dérèglements climatiques en tête. « En vingt ans, on a dû avancer la date des récoltes d’une quinzaine de jours. On arrive à des degrés de maturité de 11, 12 degrés. C’est beaucoup. » Symbole du raffinement à la française, mets d’exception à l’instar de la truffe ou de la Saint-Jacques avec qui il s’accorde assez bien d’ailleurs, le champagne affronte ses peurs en solitaire car « c’est tout simplement une aubaine de fabriquer un produit associé à la fête, au partage et aux moments de joie. » Comme si le vrai luxe n’était pas d’y tremper ses lèvres mais d’imaginer celles et ceux qui allaient y tremper les leurs.         

Champagne Bourgeois-Diaz, 43, Grande Rue, 02310 Crouttes-sur-Marne. Tél. : 03 23 82 18 35- www.bourgeois-diaz.com

Quelques idées de recettes avec du Champagne AOP !

Nous remercions Charlotte et Jérôme Bourgeois !

Texte : J. Levalleux & Crédits photos : D. Tatin


L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Retour